Compte rendu Café littéraire

Romans

­
Suite française / Irène Nemirovsky,

Écrit dans le feu de l'Histoire, Suite française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940 puis l’Occupation dans un village accueillant des Allemands. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute.

Ce roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoile avec une extraordinaire lucidité l'âme de chaque Français pendant la guerre.

 

 

 

 

­
Rêves de Bunker Hill / John Fante

Dans ce dernier volet de sa saga autobiographique, l'écrivain raconte ses débuts de scénariste à Hollywood. On retrouve donc Arturo Bandini, 40 ans après Bandini, au pays du soleil, des stars et du cinéma. Tout le livre est ainsi placé sous le signe de grands auteurs admirés. L'autre pôle du livre, c'est Los Angeles, la ville célébrée dans tous ses aspects, glorieux ou pouilleux, parce qu'elle l'a vu devenir ce qu'il voulait être: écrivain. Un désir dont il retrouve l'élan vital,  en dictant ce dernier livre à sa femme Joyce, un an avant sa mort.

 

 

 

 

 

­
Ouragan  / Laurent Gaudé

Au cœur de la tempête qui dévaste La Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d'apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure.

Dans un saisissant décor d’apocalypse, Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages qui se croisent ou se rencontrent. Leurs voix montent collectivement en un ample choral qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort.

 

 

 

 

 

­
Les Catilinaires / Amélie Nothomb

Un professeur de latin-grec à la retraite achète la maison de ses rêves loin de tout et s'y installe avec sa femme pour couler des jours heureux. Un après-midi, leur seul voisin sonne à leur porte, et c'est l'enfer qui pénètre chez eux. Ce roman très noir, à l'humour tantôt mordant, tantôt dévastateur, démontre de façon impitoyable que le précepte antique "connais-toi toi-même" est toujours d'actualité.

 

 

 

 

 

 

­
Couleurs de l’incendie / Pierre Lemaitre

Couleurs de l'incendie est le deuxième volet de la trilogie inaugurée avec Au revoir là-haut, prix Goncourt 2013. Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d'autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l'incendie qui va ravager l'Europe.

 

 

 

 

­
L’enfant perdue : L'amie prodigieuse (Tome 4) / Elena Ferrante

Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas.

 

 

 

 

 

 

­
Notre vie dans les forêts / Marie Darieussecq

Une femme écrit au fond d’une forêt. Son corps et le monde partent en morceaux. Avant, elle était psychologue. Elle se souvient qu’elle rendait visite à une femme qui lui ressemblait trait pour trait, et qu’elle tentait de soigner un homme. Cette dystopie de Marie Darrieussecq est plein des angoisses et des horreurs de l’époque : drones, attentats, clones, enlèvements, entre effroi et ironie.

 

 

 

 

 

­
L’archipel du chien/ Philippe Claudel

Sur une île, un matin, trois cadavres sont rejetés par la mer. Alertés, le Maire et le Docteur conviennent de les escamoter. Révéler que des migrants viennent s’échouer sur leur rivage risquerait, craignent-ils, de compromettre le projet de Thermes censé réveiller l’économie endormie du lieu qui ne repose que sur la pêche. Parabole oppressante sur le drame des migrants, une fable terrifiante sur la lâcheté et le poids de la conscience.

 

 

 

 

 

Récits de voyage

­
L’usage du monde : récit / Nicolas Bouvier

L’Usage du monde est le récit d’un voyage qui dura dix-sept mois, au début des années 1950, de Yougoslavie à l’Afghanistan. Il ne cesse depuis d’inspirer les écrivains-voyageurs.

Cet ouvrage-culte de Nicolas Bouvier, est à la fois un récit de voyage et une invitation à l'émerveillement au gré des flâneries de l'auteur.

 

 

 

 

 

L'été grec : récit d'une passion grecque /  Jacques Lacarrière

Un témoignage passionné, une approche vivante de la Grèce, chronique heureuse de vingt années d'amour avec une terre, un peuple et une histoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Romans policiers

­
Article 353 du code pénal / Tanguy Viel

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

La confession d’un ouvrier breton floué par la vie et conduit à l’irréparable. Puissant roman d’un auteur passé maître dans l’usage de toutes les nuances de gris.

 

 

 

 

­
Seules les bêtes / Colin Niel

Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d'un sentier de randonnée qui fait l'ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n'ont aucune piste et que l'hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, elles prennent la parole et chacune a son secret, presque aussi précieux que sa propre vie. Avec ce roman choral, Colin Niel orchestre un récit saisissant dans une campagne où le monde n'arrive que par rêves interposés. Sur le causse, cette immense île plate où tiennent quelques naufragés, il y a bien des endroits où dissimuler une femme, vivante ou morte, et plus d'une misère dans le cœur des hommes.

Tags: